Accueil > La commune > Histoire

Histoire

Saint-Georges d'Oléron fut la possession de la famille de Fortz du XIème au XVème siècle.
C'est au XIème et XIIème siècles que fût bâtie la belle église romane que nous pouvons encore admirer aujourd'hui.

halles.jpgL'histoire du bourg historique est liée à celle d'Aliénor d'Aquitaine (1122-1204) qui serait peut-être venue dans ce lieu. Certains situent même la maison où elle aurait vécu à l'entrée de la rue de la Miscandière. Il semble, en les cas, qu'Aliénor ait eu un attachement particulier à notre île puisqu'elle a donné le nom de «Rôle d'Olleron» au code maritime qu'elle a fait écrire. Ce premier code français qui sera d'ailleurs utilisé ensuite dans toute l'Europe.
Les historiens malgré tout, doutent qu'elle ait pu venir chez nous. Mais comme il ne reste aucun document...

Au XIXème siècle, la vieille halle est construite, les arbres de part et d'autre de l'église sont plantés et deux grosses maisons appelées «château» sont édifiées.

chateau.jpgLe «Château Fournier» appartenait à un riche viticulteur dont le chai est devenu notre salle des fêtes actuelle. Il a fait construire cette orgueilleuse maison qui abrite actuellement la maison de retraite. On dit que sa fortune ne serait pas provenue uniquement de l'argent de l'exploitation de la vigne, mais également des naufrages survenus sur la côte ouest, fréquents à cette époque...

Le «Château Briquet», construit tout près - avec sa magnifique grille où sont marquées les initiales B.P. Briquet-Peron, nous raconte une toute autre histoire.
Marie était la femme du boucher. Comme elle était très économe, elle mettait beaucoup d'argent de côté dans une grande lessiveuse. Quand celle-ci fut pleine, elle proposa à son mari d'utiliser cet argent pour construire une belle demeure, ce qui fut fait.
La place Marie Briquet à Foulerot rappelle sa mémoire.

On notera aussi le passage dans les villages de celui qu'on appelait le «Pirate Lazor», sans doute un bandit de grand chemin, qui semait la terreur car il n'hésitait pas à piller et assassiner les habitants.

Au XXème siècle, le village de La Brée les Bains, jusque-là rattaché à Saint-Georges devient une véritable commune en 1951.

 

Notre-Dame-en-l'Isle 

puce_gris.gif La légende du prince danois

À partir de l'an 800,  les côtes françaises étaient assaillies par  les Vikings également appelés Normands ( hommes venus du nord).

Ils passaient le long des rivages et  remontaient les rivières pour attaquer les habitants des villages et des villes. Chez nous, ils passaient par le pertuis d'Antioche et remontaient la Charente. Sans doute avaient-ils des endroits privilégiés où se poser. La passe « des Normands », au dessus du port du Douhet,  par son nom en témoigne encore.

De l'Histoire peut naître des légendes.                     notre_dame_ne_lile.jpg

Voici celle de la naissance de la chapelle et du village Notre-dame-en-l'isle sur notre commune, entre le bourg de Saint Georges et le port du Douhet.

Il en existe plusieurs variantes, voici celle de Cabuzel.

Un prince du Danemark, que la tempête a jeté sur la côte oléronaise, se confie à la vierge qui orne la proue de son navire. Sa prière est exaucée. Il sort sain et sauf du naufrage et seule la figure de proue reste intacte.             

Il bande alors son arc et déclare :

« Où ma flèche tombera, chapelle Notre Dame il y aura. »

La flèche tombe au village de l'île où il fait construire une chapelle dédiée à Notre Dame. Il place la figure de proue sur l'autel.

La chapelle est détruite pendant la révolution mais la statue de la vierge fût enterrée par les habitants et ainsi sauvée du désastre.

Elle figure maintenant dans la chapelle gauche de l'église de Saint-Georges où il est encore possible de l'admirer.


Boyardville, la ville du Fort Boyard   fort_boyard.jpg

Le Fort Boyard est actuellement très célèbre grâce aux jeux télévisés du même nom  retransmis dans de nombreux pays du monde.
Les ouvriers qui ont participé à sa construction étaient logés sur notre commune dans le bourg appelé depuis Boyardville.
C'est également de nos plages, depuis le port de Boyard jusqu'au port du Douhet, que les vues sur le Fort sont les plus belles.
Il n'est pas rare de voir à partir du printemps le ballet des hélicoptères qui se dirigent vers le Fort en vue de préparer les nouveaux aménagements.  

btEnSavoirPlus_vert.gif


Les personnalités liées à la commune

puce_gris.gif Aliénor D'Aquitaine
Née en 1122 et morte en 1204, elle était l'héritière des puissants ducs d'Aquitaine.
Elle fut tour à tour reine de France puis reine d'Angleterre et parmi ses nombreux enfants deux sont restés célébres : Richard cœur–de-lion et Jean sans-terre.  btEnSavoirPlus_vert.gif

puce_gris.gif Ludovic Savatier
Paul Amédée Ludovic Savatier est né le 19 octobre 1830 à Saint Georges d'Oléron dans le bourg de Chéray et mort le 27 août 1891 toujours à Saint-Georges.
Médecin botaniste il voyagea beaucoup – Japon, Amérique du sud, Patagonie - et ramena des plantes et des descriptions botaniques et géographiques inconnues du monde occidental.btEnSavoirPlus_vert.gif

puce_gris.gif Pierre Loti
De son vrai nom, Julien Viaud, Pierre Loti fut officier de marine et également écrivain.
Né le 14 janvier 1850 à Rochefort, il mourut en 1923 à Hendaye.
Après des funérailles nationales son corps fut ramené par bateau dans l'île d'Oléron jusqu'au port de Boyardville d'où sa dépouille funèbre fût transportée jusqu'à Saint- Pierre d'Oléron où il est enterré dans la «  Maison des aïeules ».
Tous les ans le festival « Musique au pays de Piere Loti » , dirigé par le chef d'orchestre Julien Masmondet, lui rend un magnifique hommage à Saint- Georges, Saint- Pierre, Le Château et Rochefort pendant la période de l'ascension.
Une stèle sur le quai de Boyardville rappelle le lieu où son corps fut débarqué.btEnSavoirPlus_vert.gif

 

Mairie de Saint-Georges d'Oléron - 05 46 76 51 02 Mentions légales - Mentions légales - Identifiez-vous





2017
edoo©
Stéphane FRESLON